Les APE, c’est quoi ?

Le dispositif des APE a vu le jour en 2002 pour favoriser l’engagement de demandeurs d’emploi inoccupés.

Il s’agit de subsides d’aide à l’emploi, attribués aux employeurs dans l’ensemble du non-marchand et des services essentiels à la population : crèches, maisons de repos, écoles, centres et clubs sportifs, hôpitaux, bibliothèques, communes et CPAS, secteur jeunesse, associations culturelles ou d’éducation permanente, provinces, missions régionales pour l’emploi…

Concrètement, les travailleurs représentent un certain nombre de points. Ce nombre de points dépend de la durée du chômage et du niveau d’étude. Chaque point vaut un peu plus de 3000 euros.

Prenons un exemple : un agent dans une commune ou un CPAS « vaut » 3 points. Si elle est engagée, son employeur bénéficiera d’un subside de 9000 euros par an et de cotisations sociales réduites.

Qu’avons-nous fait ?

Le 25 juin, dans les rues de Namur, 10.000 personnes manifestaient en front commun contre ce projet à l’appel des organisations syndicales et patronales ainsi que le 20 septembre mais malheureusement seul la FGTB à rassembler +/- 6000 personnes dans les rues de Namur face au cabinet du ministre MR Pierres-yves Jeholet .

Suite à ces mobilisations, le gouvernement wallon a annoncé qu’il reportait le début de la période transitoire à 2020, reconnaissant ainsi qu’il n’était pas suffisamment préparé. Mais sur le fond du dossier, rien n’a changé !

  • La réduction de l’enveloppe budgétaire est toujours d’actualité
  • On attend toujours les projections budgétaires concrètes dans les structures concernées
  • Certains secteurs essentiels pour la population (provinces, FOREM, régies communales, zones de secours, etc.) restent exclus du dispositif
  • La période transitoire ne débutera qu’en 2020 mais l’entrée en vigueur définitive est toujours programmée en 2021. La transition ne durera donc plus qu’un an au lieu de deux, ce qui ne fera qu’aggraver les problèmes d’adaptation pour le secteur public et le non marchand.

En réalité, le ministre tente de diviser et d’affaiblir le mouvement de contestation par des effets d’annonce qui ne règlent rien au fond du problème.

Et ce n’est pas tout…

Le gouvernement wallon MR-CDH ne menace malheureusement pas que les emplois APE. Le projet actuel d’assurance autonomie inquiète le secteur des soins à domicile. Les services publics sont attaqués : démantèlement des provinces, privatisation des aéroports … Et les emplois titres-services sont aussi dans la ligne de mire !

Craintes et incertitudes

La crainte, c’est donc la disparition massive d’emplois liée à une perte de subsides. Mais aussi de toute une série de services.

->dans nos administrations

Un ouvrier engagé pour le montage et démontage des échafaudages, ou un agent administratif pour le classement des différents dossiers.

Ce sont vu octroyés un passeport APE de x points si cette réforme passe et que les subsides sont rabotés ou purement et simplement supprimer bon nombre de nos communes n’arriveront pas à reprendre l’ensemble du personnel APE sur fond propre. Ce Qui impliquera une diminution des effectifs et augmentera considérablement la multitude des tâches des agents restant mais aussi la charge de travail. Risque de voir des problématiques déjà bien connue sur le terrain pour les agents restant, Burnout, risque d’accident de travail suite à la pression de plus en plus constante, risque de faute commise par les agents du à la charge de travail accrue.

->Autre exemple extrait de la RTBF du 19 septembre 2018

 Une animatrice dans une maison culturelle depuis 24 ans. Elle sélectionne et coordonne, les spectacles qui sont présentés aux élèves dans sa commune pendant leur scolarité : « Mon travail est essentiel. Parfois, les enfants ne viennent aux spectacles que pendant la période Sous contrat APE, elle voit la réforme comme une menace qui pèse sur son travail : « J’ai 56 ans, à mon âge j’aurai peut-être du mal à retrouver un emploi« .

Il y a un ensemble d’activités qui se font comme service à la population et qui risquent d’être perdues, purement et simplement

A la maison culturelle, 80 % des employés dépendent d’un contrat APE. Selon le directeur : « Ce n’est pas une équipe, mais un ensemble de petites équipes et donc si demain il faut réduire le personnel… parce qu’à un moment il y a un impact financier important, ça va évidemment poser beaucoup de problèmes« .

La réforme des APE suscite aussi la crainte de voir des services entiers disparaître : « Il y a un ensemble d’activités qui elles se font comme service à la population qui, par définition, ne peuvent pas être payées. Quand on travaille dans les quartiers, sur la lutte contre l’exclusion sociale, etc. On ne fait pas payer les bénéficiaires. Ça, ce sera perdu, purement et simplement ».

Dans cette maison culturelle, 2020 – année de transition – changera déjà la donne. Selon les projections réalisées, pour maintenir le personnel cette année-là, le coût estimé serait de   100 000 euros. Entre cinéma, animations ou arts de la rue… Un jour peut-être, il faudra choisir.

Évidemment nous pourrions mettre une multitude d’exemple en avant mais l’important n’est pas d’avoir un panel d’exemples conséquents.

Mais de recréer la solidarité entre tous les types de contrats des travailleurs de nos administrations pour enrayé cette réforme qui aura comme impacte la disparition de nos collègues APE.

De prendre conscience que s’ils disparaissent les taches qu’ils effectuaient au quotidien seront réparties sur les travailleurs restant, donc augmentation de la charge de travail qui est parfois déjà bien intense dans divers services.

Pour vous aider dans votre sensibilisation il existe aussi des petites vidéos très explicatifs dont voici les liens.

Manifestation du 20 septembre à Namur :

https://www.youtube.com/watch?v=DJC5t_PtTng

 Aide-soignante :

https://www.facebook.com/stopreformejeholet/videos

Accueil de la petite enfance :

https://www.facebook.com/stopreformejeholet/videos

Si vous aussi les camarades, vous voulez dire STOP à toutes ces mesures soyez vigilant aux différentes annonces syndicales qui seront faite dans la presse ou par vos délégués locaux pour rejoindre le mouvement qui aura lieu

Le 29 novembre devant le parlement Wallon lors du vote de la réforme APE.

Les différentes modalités de transport vous parviendront dans les prochains jours.

Bonne campagne de sensibilisation.

FGTB-Wall-Manif-APE-29-nov-tract-A4