Le syndicat socialiste FGTB manifeste ce lundi matin dans les rues de Verviers. Il dénonce les menaces que l’austérité fait peser sur le secteur public, dans le cadre de la grande journée d’action organisée par la CGSP pour la partie francophone du pays. Les syndicalistes ont bloqué le rond-point Kermadec, des bouchons se sont faits sentir jusqu’à l’autoroute E42 pour les personnes désirant sortir à Ensival. Ensuite le cortège s’est dirigé vers l’hôtel de ville en passant par la place Verte vers 10 heures.

Le rond-point Kermadec ainsi que celui situé Chaussée de Theux ont été bloqués dès six heures du matin par les militants socialistes. Des tracts ont été distribués aux automobilistes. Des piquets empêchent également l’accès à l’administration communale, le CPAS et le FOREM.

La CGSP Verviers manifeste son mécontentement «  par rapport à la qualité du service public qui ne cesse de diminuer. Notre personnel communal doit faire des efforts dans le cadre de l’équilibre budgétaire et les discussions tournent autour d’une diminution des primes de fin d’année, du gel des salaires ou encore du non-remplacement du personnel admis à la retraite  », explique Michel Bordignon, secrétaire régional intersectoriel.

À ce dossier se greffe celui de la fermeture du centre Fedasil à Borgoumont (Stoumont), avec à la clé la perte de 30 emplois, ou encore la fusion des services travaux du CPAS et de la ville. «  Autant de dossiers qui nous ont poussés à manifester à Verviers et pas à Bruxelles car la situation sociale dans la région le demandait  », ajoute Michel Bordignon.

Outre la circulation fortement perturbée en début de journée, les militants de la CGSP ont installé des piquets à l’administration communale de Verviers, au CPAS et au FOREM. On note également des perturbations dans l’enseignement, à la poste et dans les transports en commun.

La CGSP Admi manifestera encore ce soir avant le conseil communal, concernant le plan de fusions des services travaux Ville/CPAS.